Boycottons les élections du 23 octobre qui fauchent la révolution !

Publié le par revolution arabe

16091 image
MMe Belhadj dirigeante de la LGO
LGO
9 octobre 2011

Déclaration de la Ligue de la gauche ouvrière (Tunisie)

Boycottons les élections du 23 octobre qui fauchent la révolution !
Continuons la lutte pour un gouvernement ouvrier et populaire !

 
Le gouvernement Mebaza/Essebsi continue tranquillement de mettre en œuvre sa politique libérale répressive et d’appauvrissement contre les masses laborieuses, tendant à maintenir le système d’exploitation, de corruption et de trahison nationale ; un système basé sur l’endettement et l’hypothèque du pays au capital international provenant d’institutions monétaires et de pays comme la France et les États-Unis d’Amérique.

 

 Cette politique ne mène qu’à plus d’appauvrissement, à la marginalisation des masses populaires et à l’approfondissement du gouffre déjà énorme entre les classes et les régions.

 

Sinon comment expliquer la course engagée entre les parties de la trahison — symboles de gouvernement et chefs de parti — pour visiter leurs maîtres en Amérique et en Europe, comme l’ont fait la réaction religieuse, le Parti démocrate progressiste et le Forum démocratique pour le travail et les libertés…

 

Il n’y a rien d’étonnant à ce qu’ils adoptent et défendent le projet économique et social s’attachant au plan jasmin et au G8 ; ce projet ravageur de l’économie du pays et des intérêts des masses populaires a été également honteusement approuvé par, entre autres organisations, l’Union générale des travailleurs tunisiens représentée par la bureaucratie syndicale.

 

 Ces forces contre révolutionnaires se sont mises d’accord sur l’organisation d’élections contraires aux mots d’ordre de la révolution pour étouffer les aspirations des masses populaires à l’émancipation, et de ce fait elles s’emploient à légitimer une opération électorale illusoire alors que les masses populaires n’accordent aucun intérêt à ces élections car ne répondant pas à leurs revendications en matière de droit au travail, de développement, de justice sociale, mais aussi la rupture avec les politiques répressives et les choix socio-économique impopulaires.

 

Qui plus est, cette mascarade électorale va conduire à un gouvernement absolument incapable de satisfaire les exigences populaires nées du processus révolutionnaire depuis son déclenchement.

 

 Un gouvernement issu de cette combinaison de conspirateurs — même à composante diversifiée de parties réactionnaires, libéraux, RCDistes et d’opportunistes — ne sera qu’un gouvernement hostile au peuple et à ses intérêts, un instrument répressif et un serviteur servile à ses maîtres américains et européens.

 

 Les conditions nécessaires pour l’élection d’une assemblée constituante populaire et démocratique ne sont pas réunies.

 

Le gouvernement et les organismes qui chapeautent l’opération électorale se sont compromis avec le colonialisme et sont foncièrement anti-populaires : les assassins des martyrs de notre peuple ne sont pas encore jugés ; les médias sont dirigés au service des traîtres ; le pouvoir judiciaire n’est pas indépendant et est contrôlé par les corrompus en plus de la mainmise du capital national et étranger sur la vie politique ; l’escalade de la répression et la multiplication des arrestations et des procès, l’enrôlement forcé des jeunes dans l’armée ; l’interdiction des forces révolutionnaires de l’activité politique et la justification ’’légale’’ du retour du gang RCDiste ; la non-récupération de l’argent pillé et le non-jugement de la mafia et des symboles de la corruption.

 

 Pour ces raisons et considérant la mainmise des forces contre révolutionnaires et des conspirateurs sur le processus électoral et l’absence des conditions nécessaires pour une élection démocratique d’une assemblée constituante, les militantes et les militants de la Ligue de la gauche ouvrière appellent les masses populaires et les forces patriotiques et révolutionnaires à continuer le processus révolutionnaire.
 
- Boycottons les élections du 23 octobre ; non à leur conseil de la conspiration et de la trahison !
- Oui pour continuer la révolution jusqu’au renversement du régime !
- Que les masses imposent leur souveraineté populaire !
- Pour un gouvernement ouvrier et populaire afin d’atteindre les objectifs de la révolution !
 
Ligue de la gauche ouvrière
 
Tunis, 9 octobre 2011 

Publié dans Tunisie

Commenter cet article