Ce qui devait arriver, arriva…

Publié le par revolution arabe

Ce qui devait arriver, arriva... dans Antimilitarisme gigipic Un camarade égyptien

 

Le pouvoir vient de disperser par la force et une violence extrême les places que les Frères Musulmans occupaient depuis plus d’un mois.


  Il y aurait à cette heure, d’après le ministère de la santé, 149 morts ( les Frères Musulmans disent 2 000). Le pouvoir décrète le couvre feu et l’état d’urgence pour un mois. Le vice-président El Baradei du FSN démissionne pour protester contre les violences.  Dans le même temps de très nombreuses églises et locaux de chrétiens ont été brûlés ou saccagés par les Frères Musulmans et autres islamistes dispersés et chassés des places qu’ils occupaient.


Hier l’armée était intervenue violemment pour briser la grève des ouvriers  de l’acier de Suez faisant de nombreux blessés et procédant à des arrestations.

 

C’est évidemment le but: à travers la répression contre les Frères Musulmans, qui eux tentent de détourner la colère contre les chrétiens et sèment la confusion, l’armée tente de s’attaquer à la révolution.


Elle décrétant l’Etat d’urgence et le couvre feu, elle justifie par avance l’interdiction de toute grève, de toute manifestation et donc l’imposition de sa dictature.


Elle utilise le FSN, les libéraux, les nassériens, les démocrates et les syndicats (au gouvernement ou qui la soutiennent) pour essayer de faire passer son attaque.


Ce n’est pas la première fois que l’armée impose l’état d’urgence, le couvre feu et tente un coup de force. Et jusqu’à présent , le peuple égyptien a toujours déjoué ses manœuvres. Il en sera de même cette fois-ci, soyons en sûrs.


Jacques Castaing  Egypte, 14.08.2013, 20 H:

Publié dans Egypte

Commenter cet article