Ces Israéliens qui refusent de combattre pour Tsahal (France tv)

Publié le par revolution arabe

get-attachment-322-587x391

Déserteurs, objecteurs de conscience, ils ne veulent pas combattre dans les territoires palestiniens. Ces jeunes « refuzniks » risquent la prison.

*

On les appelle les refuzniks. Ces jeunes Israéliens refusent d’aller combattre pour Tsahal sur des terrains de guerre qu’ils ne considèrent pas comme la leur. Au début de l’opération israé- lienne à Gaza, en juillet, 58 d’entre eux ont écrit une lettre ouverte au Premier ministre. Agés de 17 à 20 ans, ils annoncent à Benyamin Nétanyahou leur refus de servir dans l’armée, afin de « ne pas cautionner l’occupation des territoires palestiniens ».

*

Dans cette lettre, publiée sur le site Yesh Gvul (« Il y a une limite »), une organisation qui sou- tient les objecteurs de conscience, et relayée par Le Point.fr, ils dénoncent « les violations des droits de l’homme en Cisjordanie, la construction des colonies, les détentions adminis- tratives, la torture, les punitions collectives et une répartition injuste de l’eau et de l’élec- tricité ». Selon ces jeunes, « tout service militaire perpétue la situation actuelle. Et de ce fait, nous ne pouvons prendre part à un système qui se livre à de tels actes ».

*

L’initiative est risquée. Très mal perçue par l’opinion israélienne, la désertion est passible de peines de prison, que les tribunaux n’hésitent pas à prononcer. Gilad, un réserviste de 32 ans, a fui Israël cinq jours après avoir été appelé par l’armée. Interrogé par Mediapart, il ex- plique  ne pas vouloir « donner [son] nom à des mesures brutales qui auraient pu être facile- ment évitées ». « Ce qui me gêne, c’est le fait que la seule politique d’Israël vis-à-vis de Gaza revient à frapper [les Palestiniens] tous les deux ans, sans leur donner aucune alternative », explique-t-il.

*

« Un mouvement qui se développe fortement » Gilad, qui ne se dit pas pacifiste, « les guerres sont parfois nécessaires », et n’appartient à aucun mouvement de refuzniks, « il s’agit d’un acte personnel », présente sa décision comme « un acte moral ». « Les guerres censées compenser une politique négligente au détriment des innocents sont immorales », tranche-t-il. Le trentenaire est loin d’être le premier à se soustraire aux obligations qui incombent aux ci- toyens de l’Etat hébreu. Si Gilad a choisi de ne pas faire la guerre, certains jeunes refusent carrément d’effectuer leur service militaire (de 3 ans pour les hommes et de 2 ans pour les femmes).

*

« Les refuzniks sont souvent objecteurs de conscience, pacifistes ou refusent de com- battre dans les territoires occupés. D’autres, souvent pour des raisons personnelles (études, travail…etc) préfèrent également se soustraire à cette obligation. C’est un mouvement im- portant, qui se développe fortement, bien que l’objection soit mal acceptée dans ce pays », écrivait en 2009 le photographe Martin Barzilai, qui a réalisé une galerie de portraits de ces jeunes objecteurs de conscience. Par Francetv info

*

Mis à jour le 28/07/2014 | 11:03 , publié le 28/07/2014 | 11:03

*

http://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/israel-palestine/ces-israeliens-qui-refusent-de-combattre-pour-tsahal_657207.html

Publié dans Israël

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article