Chute de Morsi : Une importante victoire du peuple égyptien (Pambazuka)

Publié le par revolution arabe

La chute de Morsi était attendue. En effet, le gouvernement des Frères musulmans poursuivait la même politique réactionnaire que celui de Moubarak, et même de façon plus destructrice pour la majorité des classes populaires.

Oui, la chute de Mohamed Morsi et du gouvernement des Frères musulmans est une importante victoire du peuple égyptien. Il était attendu par tous les Egyptiens. Vingt-cinq millions de citoyens ont signé une pétition exigeant le départ de Morsi, qui n’avait été élu que grâce à une fraude massive, dont la légitimité n'était pas reconnue par le corps judi- ciaire égyptien, mais qui a été imposée sur décision de Washington. Le groupe des "observateurs internationaux sur les élections» n’avait point, en effet, réussi à déceler la fraude !

Le gouvernement des Frères musulmans poursuivait la même politique réactionnaire que celui de Moubarak, et même de façon plus destructrice pour la majorité des classes populaires. Il avait clairement laissé entendre qu'il n'avait pas l'intention de respecter les règles de démocratie et avait mobilisé des bandes criminelles pour harceler les mouvements populaires, agitant en permanence le drapeau d'une «guerre civile».

Morsi a agi comme un dictateur brutal, plaçant dans toutes les sphères de l'État des hommes exclusivement dévoués aux Frères musulmans. La combinaison d'une politique économique et sociale désastreuse et d’un manque de respect des normes de gestion d’un Etat a conduit à un déclin accéléré des illusions antérieures nourries par une bonne partie de la société.

Les Frères musulmans ont montré leur vrai visage. Pourtant, les puissances occidentales ont continué à soutenir le "président élu", affirmant que le régime progressait vers la démocratie. Probablement tout comme la République démocratique du Qatar !

Ce qui s'est passé le 30 juin était attendu. Des manifestations de masse, plus importantes encore que celles de janvier 2011, avec 16 millions de personnes dans les rues, selon les estimations de la police. Morsi a répondu en déployant à nouveau le drapeau de la «guerre civile». Mais il a été incapable de mobiliser plus de quelques centaines de milliers de partisans payés.

Les puissances occidentales, Israël et les pays du Golfe détestent la perspective d'une Egypte indépendante, démocratique, socialement progressiste. Ils vont manipuler les mercenaires criminels dits djihadistes, établies avec leur complicité et leur soutien en Libye et dans la province égyptienne de Sina. Mais la nation égyptienne et son armée peuvent les vaincre.

Samir Amin 2013-07-08, Numéro 288 http://pambazuka.org/fr/category/features/88119

** Samir Amin (3 juillet 2013) est directeur du Forum du Tiers monde

Publié dans Egypte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article