Egypte: tremblement de terre étudiant (JC)

Publié le par revolution arabe

340017200

 

Les résultats des élections professionnelles en milieu étudiant qui continuent à arriver les uns après les autres montrent un véritable effondrement électoral des Frères Musulmans puisque dans bien des endroits, même ceux qui sont réputés leur être acquis, comme Assiut ou Bhaina, ils ne dépassent guère 1 ou 2% des sièges.

 

Et leur électorat ne semble pas s'être réellement reporté vers les salafistes ou des scissions islamistes comme celle d'Abel Fotouh mais bien vers tous les opposant laïcs ou socialistes.


Contrairement à ce qu'on croit le plus souvent, les Frères Musulmans, n'étaient pas surtout implantés en milieux populaires et ouvriers mais bien dans les milieux étudiants, universités scientifiques, commerciales, économiques, médicales, techniques...

 

C'est à partir de leur influence massive chez les ingénieurs, électroniciens, médecins, pharmaciens, dentistes, commerciaux, économistes, avocats, enseignants, hommes d'affaires... qu'ils exerçaient leur influence sur les milieux
les plus pauvres et chez les ouvriers les plus rétifs à leur domination.


Dans les années 1970, l'influence de la gauche et de l'extrême gauche était majoritaire dans les milieux universitaires. L'islam peu présent. Ce sont Sadate et Moubarak, pour contrer et détruire cette influence, qui ont non seulement exercé une répression féroce à leur encontre mais ont libéré les islamistes des prisons et fait revenir de l'étranger tout ce qu'ils pouvaient d'islamistes pour leur permettre l'implantation en milieu universitaire, tout en faisant passer des lois pour forcer la population à l'islamisme, donnant par exemple des primes aux familles lorsqu'elles voilaient leurs filles, etc...

 

La gauche et l'extrême gauche s'effondrèrent, mais d'autant plus et peut-être même d'abord pour cette raison qu'elles ont été incapables  de mener une politique indépendante à l'égard des courants nationalistes voire du pouvoir
nassérien qui se disait lui-même nationaliste.


Aujourd'hui, on assiste à un nouveau renversement de tendance, ce qui signifie, à terme, non seulement l'effondrement de l'islamisme politique mais aussi tout simplement de la religion. Un mail racontait comment il y a peu au Caire, dans une mosquée, a eu lieu une conférence sur l'athéisme faite par un jeune athée de 18 ans devant un public passionné de centaines d'auditeurs, montre cette évolution.

 

De l'athéisme au socialisme, il n'y a qu'un pas. Il est fortement probable que les jeunes intellectuels vont se remettre à lire Marx et les autres socialistes, libertaires ou non. Pour en faire quoi ? C'est bien sûr l'interrogation. Mais c'est
peut-être là, où, à notre modeste échelle, les révolutionnaires socialistes occidentaux, peuvent peut-être jouer un rôle, non pas pour donner des leçons, car nous n'en avons pas à donner, mais simplement pour s'inscrire ensemble dans cet effort d'un renouveau socialiste. Ce que hélas, jusqu'à aujourd'hui, on n'a guère vu.


Jacques

Publié dans Egypte

Commenter cet article