En Iran : la machine d’exécution s’accélère

Publié le par revolution arabe

SSTI 16 novembre 2012

Nous apprenons la mort, sous la torture, du prisonnier politique Jamil Soveidi, un ouvrier soudeur. Cette mort intervient après celle du blogueur Sattar Behechti.


Jamil Soveidi, originaire de la minorité arabe iranienne d’Ahwaz, a été arrêté il y a un mois et emmené vers un lieu inconnu. Durant tout ce temps, les services de renseignement du régime se sont abstenus de donner à sa famille la moindre information sur le sort du prisonnier. C’est par un pur hasard qu’une de ses connaissances a reconnu son corps à la morgue d’Ahwaz, corps qui jusqu’à présent n’a pas été restitué à la famille.


Six militants de la minorité arabe d’Ahwaz ont été tués sous la torture ces derniers mois : Gheiban Abidavi, Mohammad Cheldavi, Reza Meghasi, Mohammad Kabi, Naser Albosho et Alireza Ghabishavi.


Ces crimes témoignent de la montée de la répression, des actes de tortures et d’assassinats de prisonniers politiques chaque jour dans les prisons, les camps de la mort et les caches du ministère du renseignement, du Vevak et des gardiens de la révolution. Une répression sanglante dont la réalité et l’ampleur restent largement sous estimée et cachée.

 

Et ceci sans parler de l’augmentation sans précédent des exécutions officielles dans tout le pays.


Il s’agit, pour le régime, de contenir l’explosion de colère populaire qui s’est exacerbée ces derniers mois. Le vice-procureur de la ville de Qazvine a récemment déclaré que « ces 20 derniers mois à Qazvine, il y a eu plus d’exécutions qu’en 20 ans ».


Le régime dictatorial iranien n’arrivant plus à faire face a la montée de la colère sociale et populaire liée à la violence de la crise économique et à la dégringolade du Rial, multiplie les exécutions publiques et clandestines pour tenter de terroriser la population.


D’après les sources officielles iraniennes, 28 personnes ont été exécutées ces sept derniers jours (du 7 au 14 novembre 2012). Dix de ces exécutions ont eu lieu en public. Par ailleurs, nous avons reçu plusieurs informations concernant 47 exécutions officieuses et clandestines pendant la même période, ce qui ramène à 78 le nombre d’exécutions en Iran depuis le premier novembre 2012 et à 477 depuis le début de l’année.


Nous demandons à la communauté internationale de réagir fermement à cette vague d’exécutions massives menées par les autorités iraniennes. La communauté internationale doit prendre des mesures sérieuses contre ces actes barbares.


Nous demandons aux syndicats, organisations ouvrières, défenseurs des droits de l’Home et les partis politiques de protester vivement auprès des autorités de la République.


Solidarité Socialiste avec les Travailleurs en Iran, Paris, le 16 novembre 2012



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article