Essais nucléaires français en Algérie : les victimes exigent vérité et justice (SDN)

Publié le par revolution arabe


GERBOISE BLEUE-red

Article de l'Expression (Algérie) :
http://bit.ly/YZ2tJo  

Les autorités françaises s'autorisent à faire la morale aux pays qui font des essais nucléaires,
mais Paris ne reconnaît toujours pas avoir commis de véritables crimes en Algérie et dans le Pacifique avec ses propres « essais » (euphémisme pour désigner des explosions atomiques dont un grand nombre ont été réalisées à l'air libre).

Il est parfois question des « vétérans », c'est à dire des militaires français qui ont été irradiés lors de ces activités. Mais très rarement des autochtones, algériens ou polynésiens. Leur cas était évoqué dans un Forum organisé le 13 février en Algérie.  Extrait :« L'orateur a estimé à 57 au total, le nombre d'essais que la France a effectués à Reggane et In Ekker entre 1960 et 1966. Selon lui, la France ne s'est, à aucun moment soucié du sort des populations locales, bien au contraire : "35 000 Algériens ont été acheminés vers les sites et ont été exposés aux radiations avant, pendant et après les essais nucléaires souterrains".»

Dédommager les victimes (ou leurs familles) devrait être une simple évidence, accompagnant les aveux et excuses les plus plates du lobby de l'atome hexagonal et des politiques qui l'ont soutenu aujourd'hui comme hier. Mais voilà : les nucléocrates sont des menteurs et des lâches.
Source: Observatoire du nucléaire

Publié dans Algérie

Commenter cet article