Ilan Halevi (1943-2013) (Michel Warschawski)

Publié le par revolution arabe


 
Notre camarade Ilan Halevi nous a quitte, et avec lui, c’est un chapitre important de la lutte de liberation nationale palestinienne qui se referme.

 
Il y a un an exactement, nous partagions une tribune à l’Université d’été de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS), et si son corps trahissait sa grande fatigue et ses nombreux dysfonctionnements, la clarete de ses propos restait la meme que celle que j’avais connu pendant plus de quatre decennies. Quelques mois plus tard, c’est à l’hopital que je le rencontrai, encore plus affaibli, mais cette fois avec aussi une grande difficulte à s’exprimer clairement.


Nous n’héritons pas notre identite ; nous la créons, sur la base de quelques données génétiques et sociologiques, et cette identité est toujours multiple. Pourtant, je n’ai connu personne qui avait une identité aussi multiple qu’Ilan, à tel point que même ses plus proches s’y perdaient. Laissons lui une derniere fois la parole : « Je suis 100% Juif, je suis 100% Arabe ».


En décidant, après la guerre de 1967, de s’installer en Israel, il choisit d’être 100% Israelien ; en rejoignant, en 1968, l’or- ganisation de gauche anti-sioniste Matspen, il contribue à renforcer la cohérence anti-coloniale de son programme et combat pour un soutien inconditionnel à la lutte de liberation nationale palestinienne. Après avoir quitté, en 1974, Israel, il rejoint les rangs de l’OLP et devient vite 100% Palestinien.


C’est dans les rangs de l’OLP et du Fatah dont il devient rapidement un membre de la direction qu’Ilan Halevi peut mettre en pratique son immense talent : dans l’écriture mais surtout par la parole et la polémique (il pratiquait couramment quatre langues et se débrouillait dans trois ou quatre autres), dans le domaine politique mais surtout dans la diplomatie. Son empreinte dans les négotiations palestino-israeliennes, tout comme dans sa fonction de représentant du Fatah à l’Internationale Socialiste est indélébile, et sa capacité inégalée de persuasion a pu casser nombre de verrous destinés à isoler la Palestine dans la scene internationale. Il n’est pas exagéré de dire qu’Ilan Halevi a joué un role clef dans le long processus de reconnaissance de la Palestine par la Communaute Internationale.


Ilan a consacré toute sa vie à la lutte, longtemps au détriment de sa famille et toujours au detriment de sa santé qu’il a laisse se detériorer sur l’autel de son engagement lui aussi à 100%.


La Palestine vient de perdre aujourd’hui un de ses fils ; l’OLP un de ses dirigeants ; ses très nombreux amis, de Beyrouth à Paris, de Tel Aviv à Bamako, de Ramallah à San Fransisco pleurent un frère et un camarade.

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ilan_Halevi

 

http://www.rue89.com/2013/07/11/mort-dilan-halevi-intellectuel-engage-100-juif-100-arabe-244147

Publié dans Palestine

Commenter cet article