Israël : détention d’un défenseur des droits de l’homme palestinien (Afps)

Publié le par revolution arabe

Situation


La nuit du 15 octobre 2012, Ayman Nasser, cher­cheur au sein de l’ONG de défense des pri­son­niers pales­ti­niens Addameer, a été arrêté par l’armée israé­lienne à son domicile de Saffa, près de Ramallah.

 

Les soldats, accom­pagnés de chiens, ont fouillé la maison et confisqué son ordi­nateur et son télé­phone portable.

Pendant 45 jours, Ayman Nasser a été soumis à plu­sieurs reprises à des séances d’interrogatoire, allant de quatre heures à plus de 20 heures d’affilée, pendant les­quelles il est resté menotté dans des posi­tions dou­lou­reuses. Il a été maintenu en iso­lement dans une cellule de 2m par 1,5m et soumis à une pri­vation de sommeil par l’éclairage per­manent d’un néon dans sa cellule sans fenêtre, ainsi qu’au froid avec le maintien d’une forte cli­ma­ti­sation. Il a été par ailleurs privé des soins médicaux néces­sités par son état de santé. Il souffre en effet d’une inflam­mation du colon et de fortes dou­leurs au niveau du dos.


À l’issue d’une pre­mière audience devant un tri­bunal, le 19 octobre 2012, au cours de laquelle il a dénoncé, en vain, ces mauvais trai­te­ments, le juge a pro­longé la période d’interrogatoire de sept jours, sur la base de preuves secrètes, délai qui a ensuite été plu­sieurs fois prorogé jusqu’à ce que Ayman Nasser soit fina­lement inculpé le 28 novembre 2012 et transféré à la prison de Megiddo, puis à celle de Ramle.


Il est accusé d’avoir par­ticipé à la Journée inter­na­tionale de soutien des pri­son­niers pales­ti­niens, le 17 avril dernier, et d’avoir mené des acti­vités soli­daires pendant la longue grève de la faim de plu­sieurs pri­son­niers à cette même période, tout ceci au nom du Front popu­laire de libé­ration de la Palestine (FPLP) et non pas au nom d’Addameer. Il est aussi pour­suivi pour avoir assisté au fes­tival com­mé­morant la mort d’Abou Ali Mustafa, l’ancien secré­taire général du FPLP, assassiné par l’armée israé­lienne en 2001.


Ayman Nasser a déjà été empri­sonné pendant six ans par les auto­rités israé­liennes dans les années 90. Der­rière les accu­sa­tions d’appartenance au FPLP, un parti considéré comme ter­ro­riste par Israël, c’est en fait l’engagement d’Ayman Nasser en faveur des droits de l’homme que ces nou­velles accu­sa­tions visent mani­fes­tement à punir.


Télé­charger l’appel urgent

 

Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT) (ACAT), jeudi 4 juillet 2013

 

Agir: Vous souhaitez intervenir en faveur d’Ayman Nasser :

Écrivez au Premier ministre israélien

Télé­charger la lettre


Après avoir signé cette lettre, il vous suffit de la ren­voyer à l’adresse indiquée

- Écrivez au Premier ministre israélien [Par courrier : affranchir à 0,95 euros - fax : 00 972 2 651 2631 /​ 00 972 2 670-​​5475 - email : rohm@pmo.gov.il /​ pm_eng@pmo.gov.il]

- Adressez une copie de votre lettre à l’ambassade d’Israël en France [3, rue Rabelais - 75008 Paris - Fax : 01.40.76.55.55]

Voir aussi le site de l’ONG Addameer

Publié dans Israël

Commenter cet article