Israël : le bras armé de l'impérialisme au Moyen-Orient veut-il précipiter la guerre ? (LO)

Publié le par revolution arabe

 drapeau-israel-armes

Depuis quelques jours en Israël, on assiste à un affrontement public au sein même de l'État sur l'opportunité de déclencher une guerre avec l'Iran au travers d'attaques aériennes contre toute une série d'installation nucléaires.


Les va-t-en-guerre, ce sont les chefs du gouvernement, d'abord le Premier ministre du Likoud, Netanyahou, mais aussi le ministre de la Défense, le travailliste Barak. Leurs arguments publics : attaquer l'Iran pour empêcher ce dernier d'achever la mise au point de l'armement nucléaire. Selon leurs dires il s'agirait « d'une guerre de 30 jours qui ferait 500 morts du côté israélien ». Pour mettre en condition la population, la distribution massive et générale de masques à gaz, censés protéger contre une riposte par des armes toxiques, est en cours.

 

Un ministre vient d'être nommé pour assurer « la défense civile » dans le cadre de la guerre à venir.


De l'autre côté, le chef de l'État, Peres, vient de sortir de sa réserve et condamne publiquement ce choix d'aller vers la guerre contre l'Iran « sans les Américains ». C'est sur ce seul terrain que l'opposition au sein de l'appareil d'État se manifeste. Une guerre contre l'Iran, aucun n'en refuse la perspective, mais doit-elle être déclenchée par Israël seul ou aux côtés des USA, voilà la question. Aux côtés de Peres, il y a le chef du parti centriste Kadima, Mofaz, qui a rompu il y a peu la coalition au sein du gouvernement et qui proclame : « Un raid contre l'Iran serait une catastrophe. » Et dans l'opposition à l'option d'une attaque unilatérale de la part d'Israël, il y a le chef d'état-major et le chef du Mossad, le service de renseignement extérieur, qui pèsent fortement.


En réalité, le problème de l'armement atomique de l'Iran n'est pas plus un problème que celui du Pakistan, de l'Inde, de la Chine, voire de la Russie ou des USA, sans parler de celui de la France.

 

Il n'y a que le gouvernement des USA qui, jusqu'ici, l'a utilisé comme une arme de destruction massive, en 1945.


Et en ce qui concerne les dirigeants d'Israël, quelles que soient leurs véritables intentions, c'est un dérivatif, classique, aux problèmes de la crise profonde, économique et sociale, dans laquelle le pays est plongé depuis des mois.

Ces dirigeants, qui se placent tous sur le terrain du sionisme, ont la volonté de garantir le rôle qu'ils ont choisi depuis des décennies : celui du gendarme attitré de l'impérialisme dans la région, sans vouloir partager avec quiconque ce rôle.


Or, plus que l'armement iranien, c'est le rapprochement et la normalisation des rapports entre l'impérialisme américain et l'Iran que craint une partie des dirigeants israéliens. Car l'Iran pourrait jouer un rôle de maintien de l'ordre régional. Certes on n'en est pas là, mais chaque pas en ce sens réduirait le rôle assigné à l'État israélien et du même coup le soutien politique et matériel que lui apporte l'impérialisme américain.


On ne peut pas savoir s'il s'agit de bluff, de moyen de pression ou de volonté d'aller en découdre. Mais ce dont on peut être certain, c'est que cela va à l'encontre des intérêts des peuples de la région, y compris du peuple israélien. Car, avec ou sans l'armée américaine, toute intervention militaire pour défendre l'ordre impérialiste ne peut que provoquer des désastres sans nom.


Paul Sorel

 

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2299&id=31



Publié dans Israël

Commenter cet article

clovis simard 22/10/2012 03:48

Voir Blog(fermaton.over-blog.com)No.21- THÉORÈME des POUVOIRS. - La folie des pouvoirs