L’ONU réclame une enquête après l’exécution de Pales­ti­niens par l’armée israélienne (Afps)

Publié le par revolution arabe

children-killed100613.jpg


L’Organisation de libé­ration de la Palestine (OLP) accuse l’armée israé­lienne d’avoir tué deux ado­les­cents de sang froid la semaine der­nière en Cis­jor­danie, après la dif­fusion de vidéos de leur mort par des ONG.


Que montrent les images ?


Dans une vidéo datée du jeudi 15 mai dif­fusée par l’ONG Défense des enfants inter­na­tional Palestine, deux Pales­ti­niens mar­chant près de l’ombre d’un bâtiment s’effondrent subi­tement, appa­remment atteints par des tirs. Ces deux jeunes, âgés de 16 et 17 ans, sont morts de leurs bles­sures à l’hôpital. Défense des enfants inter­na­tional Palestine précise que les images pro­viennent de caméras de sur­veillance ins­tallées sur le bâtiment se trouvant près de la prison mili­taire d’Ofer, près de Ramallah.


Les fait sont sur­venus lors de mani­fes­ta­tions orga­nisées en com­mé­mo­ration de la Nakba, la « catas­trophe » (en arabe) que repré­sente pour les Pales­ti­niens la création d’Israël en 1948. Après la mort des deux jeunes Pales­ti­niens, l’armée israé­lienne a jus­tifié les tirs par l’éclatement de vio­lences et de confron­ta­tions sur­venues entre ses soldats et environ 150 Palestiniens.


L’ONG israé­lienne de défense des droits de l’homme B’Tselem a diffusé le 20 mai des images sup­plé­men­taires de la scène. Elle précise que deux autres Pales­ti­niens, l’un de 15 ans et l’autre de 23 ans, ont été touchés par balle lors des mêmes incidents.


Une « exé­cution déli­bérée » pour les Pales­ti­niens

 

Dans un com­mu­niqué diffusé mardi 20 mai, Hanane Achraoui, membre de l’OLP, « condamne l’exécution déli­bérée de deux ado­les­cents palestiniens ».


« Les deux garçons étaient non armés et ne pré­sen­taient de menace ni directe ni immé­diate. Le recours d’Israël à la vio­lence excessive et aveugle et aux balles réelles contre des mani­fes­ta­tions pales­ti­niennes non vio­lentes constitue un crime de guerre et un crime contre l’humanité en vertu du droit inter­na­tional. » Selon B’Tselem, les exper­tises médi­cales qu’elle a recueillies confirment que la nature des bles­sures des quatre vic­times cor­respond à des bles­sures par balle. Elle réclame une enquête de la police mili­taire, y compris sur la res­pon­sa­bilité des offi­ciers supé­rieurs pré­sents sur place.


« L’enquête, appuyée par les images de l’incident filmées par les caméras de sécurité, montre que les cir­cons­tances de l’incident ne jus­ti­fiaient en aucune manière le recours à des tirs à balles réelles. Ces conclu­sions sou­lèvent de graves doutes que l’homicide était inten­tionnel. Les images des caméras de sécurité (…) prouvent qu’à aucun moment les forces de sécurité n’étaient mises en danger par aucune des quatre vic­times, ou par qui­conque proche d’elles au moment des tirs. » Des images « montées » pour les Israé­liens Après les heurts du 15 mai, l’armée israé­lienne avait déclaré avoir « utilisé des moyens anti-​​émeute et des balles caou­tchoutées ». Un porte-​​parole mili­taire israélien, le com­mandant Arye Sha­licar, a indiqué mardi que l’enquête de l’armée sur ces morts n’avait pas à ce stade « établi de tirs à balles réelles ».


« Ce film a été monté et ne reflète pas la réalité de la journée en question, de la vio­lence », selon lui. « Je connais ces méthodes de mon­tages d’images », s’est éga­lement défendu le ministre de la défense israélien, Moshé Yaalon, devant des jour­na­listes mardi.


« Il s’agissait d’un incident violent durant lequel des bou­teilles incen­diaires et des pierres ont été jetées sur des poli­ciers qui, se sentant en danger, ont réagi comme ils devaient le faire. » Une enquête réclamée par l’ONU et les Etats-​​Unis Après dif­fusion des vidéos par les ONG, l’ONU et la diplo­matie amé­ri­caine ont tou­tefois demandé aux auto­rités israé­liennes une enquête impar­tiale sur la mort de deux jeunes Palestiniens.


Les Etats-​​Unis, alliés d’Israël, ont offi­ciel­lement « encouragé » le gou­ver­nement israélien à « conduire une enquête rapide et trans­pa­rente afin de déter­miner (…) si oui ou non l’usage de la force était pro­por­tionnel à la menace posée par les manifestants ».


Le secré­taire général adjoint des Nations unies pour les affaires poli­tiques, Oscar Fernandez-​​Taranco, a pour sa part déclaré mardi dans une confé­rence de presse :


« L’ONU demande que les auto­rités israé­liennes mènent une enquête indé­pen­dante et trans­pa­rente sur ces deux morts et presse Israël de s’assurer que ses forces de sécurité res­pectent stric­tement les prin­cipes de base sur l’utilisation de la force et des armes à feu par les res­pon­sables des forces de l’ordre. Il est très pré­oc­cupant de constater que les pre­mières infor­ma­tions semblent indiquer que les deux Pales­ti­niens tués étaient sans armes et ne sem­blaient repré­senter aucune menace directe. »


Le Monde​.fr avec AFP, mercredi 21 mai 2014

 

http://www.france-palestine.org/L-ONU-reclame-une-enquete-apres-l

Publié dans Israël

Commenter cet article