La guerre de l’olive en Palestine (rfi)

Publié le par revolution arabe

 La guerre de l’olive en Palestine (rfi) dans Altermondialisme oliveoil-palestine

Chaque année, c’est le même scé­nario : des champs brûlés, des arbres arrachés. Des colons israé­liens mènent des raids sur les oli­viers des agri­cul­teurs pales­ti­niens  en  Cisjordanie.


Des photos mon­trant des hommes masqués pris en fla­grant délit cir­culent sur internet. Ces actes de van­da­lisme sont le fait d’une poignée d’extrémistes qui se vengent ainsi d’attaques de Pales­ti­niens contre les colonies ou qui cherchent sim­plement à faire régner la terreur.


Mais ces raids contre les oli­viers sont quasi quo­ti­diens depuis le début de la cueillette il y a un mois et ils se conjuguent avec les dif­fi­cultés pour les agri­cul­teurs pales­ti­niens d’accéder à leurs terres. Israël impose en effet des res­tric­tions aux ter­ri­toires sous son contrôle, et les colons, encore eux, s’accaparent de plus en plus de terres en Cisjordanie.


Le ministère pales­tinien de l’Agriculture n’est pas très opti­miste. Il s’attend à une pro­duction d’huile d’olive en baisse, 15 000 tonnes cette année, la moitié par rapport à l’an dernier. En cause, selon lui : des fac­teurs envi­ron­ne­mentaux bien sûr, mais aussi ces obs­tacles dressés par les Israéliens.


Pourtant, l’huile d’olive est impor­tante pour les Pales­ti­niens. C’est un produit de base de l’alimentation et si la pro­duction baisse, les prix vont aug­menter. Cette huile est aussi consi­dérée comme pro­met­teuse pour les expor­ta­tions. Son caractère serait unique, les oli­viers gran­dissent à l’ancienne, sans irri­gation, et la cueillette se fait à la main. Du coup, elle séduit de plus en plus les pays étrangers, notamment ceux qui veulent du bio, comme les Etats-​​Unis et l’Europe.


L’huile d’olive pales­ti­nienne n’est pour l’instant qu’un tout petit marché, qui n’a rien à avoir avec celui de l’huile d’olive euro­péenne qui repré­sente 80% de la pro­duction mon­diale, mais à l’échelle pales­ti­nienne ce n’est pas négligeable.


Dans un récent rapport, la Banque mon­diale estime que la moitié des terres agri­coles en Cis­jor­danie est inac­ces­sible aux Pales­ti­niens et que si les obs­tacles dressés par Israël étaient levés, l’économie pales­ti­nienne en général pourrait croître de 35%. En attendant la levée de ces obs­tacles, les oli­viers, sym­boles de la paix, conti­nuent de faire l’objet d’une guerre en Palestine. 

 

Murielle Paradon, RFI, mardi 29 octobre 2013


 http://www.france-palestine.org/La-guerre-de-l-olive-en-Palestine

Publié dans Palestine

Commenter cet article