Le président de la Ligue syrienne des droits de l'homme arrêté (Le Monde)

Publié le par revolution arabe

 

Un Syrien manifeste contre le président Bachar Al-Assad, à Amman, en Jordanie, le 7 juillet.

LEMONDE.FR avec AFP | 11.08.11 | 20h11   •  Mis à jour le 12.08.11

 

Un Syrien manifeste contre le président Bachar Al-Assad, à Amman, en Jordanie, le 7 juillet.REUTERS/MUHAMMAD HAMED


Abdel Karim Rihaoui, le président de la Ligue syrienne des droits de l'homme, a été arrêté jeudi 10 août, dans un café à Damas, ont annoncé des militants des droits de l'homme, ajoutant qu'ils étaient sans nouvelles de lui depuis son arrestation.

 

L'Observatoire syrien des droits de l'homme a annoncé son arrestation à l'AFP, citant un militant qui se trouvait également dans ce café au moment de l'interpellation de M. Rihaoui.

Agé de 43 ans, M. Rihaoui dirige la Ligue syrienne des droits de l'homme depuis 2004. Militant très actif, tout particulièrement depuis le début, à la mi-mars, de la révolte populaire contre le régime du président Bachar Al-Assad, il est une source importante d'informations pour la presse étrangère. 

 

14 NOUVEAUX MORTS JEUDI


Le régime syrien, imperturbable face aux protestations internationales, a envoyé ses troupes jeudi pour réprimer la contestation populaire, tuant 14 civils. Au lendemain de son retrait de la ville rebelle de Hama, que le régime a voulu faire plier après d'immenses rassemblements, l'armée est intervenue à Qousseir, dans la province de Homs (centre) et à Saraqeb, dans celle d'Idleb (nord-ouest), selon des militants.

Selon des organisations de défense des droits de l'homme, plus de 1 600 civils ont été tués depuis le 15 mars dans la répression. De son côté, le pouvoir a fait état de la mort de 500 membres des forces de l'ordre.

 

"VIOLATIONS CHOQUANTES DES DROITS DE L'HOMME"


Mercredi, une semaine après une déclaration du Conseil de sécurité de l'ONU condamnant la répression en Syrie, le sous-secrétaire général de l'ONU, Oscar Taranco, rendant compte de la situation sur place, a parlé d'exécutions sommaires et de défections de soldats, ont rapporté des diplomates.

M. Taranco a décrit des "violations choquantes des droits de l'homme", a indiqué Philip Parham, l'ambassadeur britannique adjoint, alors que l'ambassadrice américaine Susan Rice a assuré que des milliers d'innocents avaient été "tués de sang-froid" en Syrie.

 

Pour maintenir la pression, les Occidentaux souhaitent une nouvelle réunion la semaine prochaine avec des responsables onusiens chargés des droits de l'homme, estimant appropriées des "actions supplémentaires". Mais leur élan risque d'être stoppé par la Russie qui, malgré son appel à l'arrêt de la répression, veut favoriser "le dialogue et les réformes".

Jeudi, des responsables américains ont aussi déclaré que Washington envisageait d'appeler Bachar Al-Assad à quitter le pouvoir. Jusqu'à présent, les Etats-Unis n'ont pas explicitement exhorté le président syrien à partir, à l'inverse de leurs appels en ce sens au dirigeant libyen, Mouammar Kadhafi.

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/08/11/la-turquie-appelle-a-une-transition-democratique-en-syrie_1558701_3218.html

Publié dans Syrie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article