Le Président Hollande en Israël: honte et colère! (ujfp+npa)

Publié le par revolution arabe

palestine-enfants.jpg

Les premières déclarations du Président François Hollande en Israël nous remplissent de honte et de colère.

Citons ses paroles : « Vous êtes une grande démocratie car malgré les épreuves que vous avez rencontrées, jamais, je dis bien jamais, vous n’avez cédé sur la démocratie, sur le pluralisme, sur les droits ».


Ainsi, faisant fi des textes adoptés parfois par la France elle-même condamnant la négation des droits des Palestiniens, les violations du droit international et du droit international humanitaire, les crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis par Israël, le Président Hollande prétend en notre nom qu’Israël a toujours respecté le droit et la démocratie – ce qui n’est vrai, pour l’essentiel, que pour la population juive d’Israël.


Ainsi, le Président, se ralliant à la théorie du choc des civilisations, prétend à la fermeté dans le dossier du nucléaire iranien, alors même qu’il continue de feindre l’ignorance de l’armement nucléaire israélien (des dizaines de têtes nucléaires à Dimona). Ainsi, le Président emmène dans ses bagages des dizaines de patrons pour développer les échanges économiques avec Israël, dont de nombreuses sociétés prospérant grâce au développement illégal de la colonisation. La SNCF vient de signer un important accord économique avec les chemins de fer israéliens.


Le Président Hollande conforte ainsi la position du gouvernement le plus réac- tionnaire qu’Israël ait jamais connu dans sa poursuite du vol des terres du peuple palestinien, comme le démontre l’accélération de la colonisation du Nakab/Néguev par le déplacement forcé des Bédouins palestiniens.


Il feint d’ignorer le blocus illégal et inhumain imposé à la population de la bande de Gaza. Certes, le Président Hollande – qui passe dans les territoires palestiniens occupés un temps en proportion de l’espace qu’Israël leur concède encore – propose à nouveau au gouvernement Netanyahou de renoncer à la poursuite de la colonisation, mais c’est sans la moindre menace de sanction en cas de refus, et c’est pour demander aussitôt à l’Autorité Palestinienne de nouvelles concessions unilatérales pour relancer un processus de paix qui n’existe que dans les discours.


L’Union Juive Française pour la Paix assure le peuple palestinien de son soutien dans sa lutte difficile pour ses droits et salue sa résistance. Elle contribuera au développement du mouvement de solidarité en France, pour ne pas voir notre pays s’enfoncer dans la complicité avec les crimes commis.


Elle appelle toutes celles et ceux qui sont attaché-e-s aux droits humains à s’engager plus encore dans la campagne pour le boycott de l’Etat d’Israël et de ses institutions, le désinvestissement, et les sanctions, à laquelle le peuple palestinien nous a invité-e-s. La France, ses partis, ses syndicats, ses institutions doivent rejoindre les nombreux partis, syndicats, institutions en Europe qui ont répondu à cet appel.


La campagne BDS France doit s’amplifier. La France ne peut rester plus longtemps complice de l’apartheid israélien. lundi 18 novembre 2013


http://www.ujfp.org/spip.php?article2949

 

Hollande en Israël : l’État colonial doit être sanctionné et non célébré ! (Npa)

Comme on pouvait s’y attendre, la visite de Hollande en Israël et à Ramallah confirme que l’actuel pouvoir s’inscrit dans la continuité du précédent, en choyant un État pourtant hors-la-loi au regard du droit international.

 

À peine arrivé à Tel Aviv, Hollande a en effet tenu à se déclarer « l’ami d’Israël », à promettre un renforcement de la coopération franco-israélienne et à vanter les vertus « démocratiques » d’un État qui dénie tout droit aux Palestiniens en menant une politique raciste et expansionniste.


Et ce ne sont pas les quelques mots prononcés à propos de la colonisation, lors de la courte incursion de Hollande à Ramallah, qui changeront le message porté par les autorités françaises : en prétendant adopter une approche « équilibrée » entre, d’une part, un État oppresseur et, d’autre part, un peuple opprimé, Hollande a en effet choisi le camp du plus fort. Il n’y a pas de « juste milieu » entre droit et non-droit, entre justice et injustice.


Le NPA condamne cette lamentable posture et rappelle son soutien à l’ensemble des revendications nationales des Palestiniens. L’État d’Israël ne doit pas être ménagé, et encore moins célébré : il doit être sanctionné ! Le NPA réaffirme à cette occasion son engagement dans la campagne internationale BDS (Boycott-Désinvestissements-Sanctions) contre Israël, qui doit se poursuivre et se développer jusqu’à ce que tous les droits nationaux des Palestiniens soient satisfaits.


Montreuil, le 18 novembre 2013

 

http://npa2009.org/node/39619

Publié dans Solidarité

Commenter cet article