Les grandes puissances responsables du chaos et des massacres! (LO)

Publié le par revolution arabe

bakou.jpg

“Through their strong union, workers and peasants destroy oppressors” – Azeri, Baku, 1920s (Mardjani)

 

Des événements spectaculaires et tragiques viennent de se produire aux quatre coins de la planète.


Il y a eu plus de 100 victimes dans le crash de l'avion d'Air Algérie qui reliait le Burkina Faso à Alger. Accident provoqué par de mauvaises conditions météorologiques, comme cela semble le cas en l'état actuel des informations, ou par un attentat, hypothèse évoquée par les commentateurs partant du fait que ce crash a eu lieu au-dessus du Mali où se trouve impliquée l'armée française ?


Ce qui paraît surprenant à la suite de ce crash, c'est cette multiplication de gestes et de mesures pour le moins inhabituels de la part du gouvernement : réunions ministérielles répétées, complaisamment médiatisées ; décision de mettre les drapeaux en berne pendant trois jours, ce qui ne s'était pas vu depuis les attentats contre les tours jumelles à New-York, en septembre 2001.


Cette mise en scène contraste avec le silence complice du gouvernement Hollande-Valls sur le massacre que les dirigeants et l'armée israélienne accomplissent depuis maintenant plus de vingt jours contre Gaza et dont le bilan dépasse déjà les 1 000 morts, essentiellement des civils palestiniens.


Silence d'autant plus choquant que Valls, Cazeneuve et Hollande ont fait bien plus de tapage sur des incidents, en fait mineurs, qui ont marqué les manifestations parisiennes, incidents dont ils portent l'entière responsabilité pour avoir interdit ces rassemblements.


La démesure des décisions prises à la suite du crash de l'avion d'Air Algérie comme l'outrance des discours sur les « débordements » dans les manifestations interdites sont pour le moins suspectes. Elles visent, à l'évidence, à faire diversion, à détourner les regards et les esprits de la recherche des véritables responsables.


Une telle démarche, visant à brouiller les cartes, n'est ni nouvelle ni originale même si, dans le cas de la France, cela apparaît ridicule et dérisoire. C'est la même volonté qui a inspiré les explications données lorsque l'avion de la Malaysian Airlines a été abattu en Ukraine. Il faut, bien sûr, dénoncer ceux, quels qu'ils soient et quelles que soient leurs explications, qui ont pris la décision d'envoyer un missile sur un avion de ligne. Ce sont des criminels, imbéciles et dangereux dont il ne s'agit ni de nier ni d'atténuer les responsabilités. Mais doit-on oublier pour autant ceux qui, loin du terrain, depuis les cénacles dans lesquels ils pérorent, ont délibérément attisé la tension entre les communautés qui s'affrontent dans cette région ? Doit-on se taire sur les responsabilités de ceux qui ont cultivé la tension afin que l'Ukraine se rapproche de l'Union européenne, afin que les trusts de l'Europe de l'Ouest puissent y installer plus facilement leurs capitaux, de façon bien plus profitable ? Bien sûr que non !


Il en va de même, à une échelle encore plus dramatique, au Moyen-Orient, dans la bande de Gaza, victime de bom- bardements d'une intensité rarement vue ces dernières années. Les responsables immédiats de ce déchaînement sont identifiés. Ils doivent être dénoncés sans faiblesse. Mais il ne faudrait pas oublier ceux qui ont créé dans cette région une situation de tension telle que les affrontements d'aujourd'hui étaient prévisibles, voulus, calculés. Et pourquoi ? Pour que les grandes puissances, et plus particulièrement l'impérialisme américain, puissent garder le contrôle de la région afin d'y maintenir l'ordre. On peut en mesurer aujourd'hui le résultat !


Ces grandes puissances interviennent, parfois de façon directe, mais le plus souvent en sous-main. Au Moyen-Orient, c'est pour y maintenir un équilibre qui assure la présence de leurs trusts, en particulier ceux du pétrole et pour garantir leurs plantureux profits.


Les explications qu'on nous donne restent à la surface des événements. Invoquer, par exemple, une mystérieuse et imaginaire loi des séries à propos de ces avions qui se crashent à quelques jours d'intervalle n'est pas sérieux.

Pour aller au fond des choses, il faut dénoncer les véritables coupables, les dirigeants des grandes puissances qui se présentent comme les gendarmes de l'ordre mondial - il serait plus juste de parler de désordre. Ce sont eux les responsables du chaos qui domine aujourd'hui.


Ce sont eux qu'il faut dénoncer, et surtout combattre, pour mettre un terme à leur pouvoir de nuisance et pour qu'enfin une organisation humaine de la société puisse se mettre en place.


Éditorial des bulletins d'entreprise du 28 juillet

 

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2400&id=1

Commenter cet article