Les insensés appels d’offres d’Israël… avant les négociations (Afps)

Publié le par revolution arabe


La colo­ni­sation continue,  les Pales­ti­niens remettent en question le « sérieux » de l’État hébreu dans les négo­cia­tions de paix.


Israël a annoncé hier le lan­cement d’un pro­gramme de près de 1 200 nou­veaux loge­ments des­tinés à des colons juifs en Cis­jor­danie occupée, deux jours seulement avant la libé­ration annoncée de pri­son­niers palestiniens.


Le gou­ver­nement israélien a donné un coup d’accélérateur à sa poli­tique de soutien aux colonies juives depuis la reprise le 30 juillet des dis­cus­sions avec les Pales­ti­niens. Selon des infor­ma­tions de presse non confirmées offi­ciel­lement, le projet lancé a été soumis à l’avance à Washington et vise entre autres à apaiser les oppo­sants aux libé­ra­tions de pri­son­niers pales­ti­niens au sein même du gou­ver­nement de Ben­jamin Neta­nyahu.

 

Le ministère du Logement précise sur son site Internet avoir lancé des appels d’offres pour la construction de 793 nou­veaux appar­te­ments dans la partie de la Cis­jor­danie annexée par Israël après la guerre des Six-​​Jours de 1967. Un autre projet porte sur 394 loge­ments sup­plé­men­taires dans les implan­ta­tions juives d’Ariel, d’Efrat, de Maale Adumin et de Betar, toutes situées en Cis­jor­danie, précise-​​t-​​il.


Les Pales­ti­niens conti­nuent de condamner le déve­lop­pement des colonies juives, mais ils ne menacent plus d’en arguer pour rompre les négo­cia­tions de paix, dont une nou­velle session doit débuter mer­credi à Jéru­salem. « Si le gou­ver­nement israélien pense qu’il peut franchir une ligne rouge par semaine en lançant des implan­ta­tions, s’il per­siste dans cette attitude, il ne fera que sou­ligner le caractère inte­nable des négo­cia­tions », a déclaré à Reuters Saeb Erakat, le chef de la délé­gation pales­ti­nienne. « La pour­suite des acti­vités de colo­ni­sation relève du diktat, pas des négociations. »


Cet appel d’offres montre qu’Israël « n’est pas sérieux » sur les négo­cia­tions de paix, a déclaré hier le négo­ciateur pales­tinien Mohammad Chtayyeh, ajoutant que l’État hébreu « a l’intention, par ses acti­vités denses de construction dans les colonies, de détruire les bases d’une solution appelée de ses vœux par la com­mu­nauté inter­na­tionale qui vise à établir un État pales­tinien dans les fron­tières de 1967 ».

 

Le négo­ciateur pales­tinien a également demandé aux États-​​Unis de prendre position « clai­rement et fer­mement » pour mettre un frein à ces « attaques israé­liennes en Cis­jor­danie, et par­ti­cu­liè­rement à Jéru­salem ». Il a enfin décrit l’appel d’offres comme « un nouveau fait accompli » qu’Israël mettait en place pour « déter­miner les négo­cia­tions dans le sens qui lui convient ».


Mais Israël a rejeté les cri­tiques pales­ti­niennes, un porte-​​parole du Premier ministre Ben­jamin Neta­nyahu affirmant que dans la mesure où les nou­velles construc­tions concer­naient des blocs de colonies, cela ne chan­gerait « rien ». Les construc­tions « à Jéru­salem et dans les blocs de colonies sont dans des zones qui feront tou­jours partie d’Israël quel que soit l’accord de paix pos­sible dans l’avenir », a indiqué Mark Regev dans un com­mu­niqué. « En aucune mesure, cela ne changera la carte finale de la paix. Cela ne change rien », a-​​t-​​il ajouté.


Chamailleries


Paral­lè­lement, à Ramallah, le pré­sident pales­tinien Mahmoud Abbas a ren­contré hier le médiateur amé­ricain Martin Indyk, selon l’agence pales­ti­nienne Wafa. M. Indyk a réaf­firmé à M. Abbas le soutien de son homo­logue amé­ricain dans ces négo­cia­tions qui doivent aboutir à un accord de paix d’ici à neuf mois, selon l’objectif fixé par le secré­taire d’État amé­ricain John Kerry.


M. Neta­nyahu a envoyé par ailleurs au cours du week-​​end une lettre à M. Kerry pour se plaindre des « pro­vo­ca­tions » de M. Abbas, a indiqué un de ses proches. Le Premier ministre faisait réfé­rence à des remarques faites par le pré­sident Abbas et publiées par des journaux égyp­tiens en juillet. Dans ces décla­ra­tions, M. Abbas indi­quait que les « Pales­ti­niens ne veulent voir aucun Israélien, que ce soit un civil ou un soldat, sur leurs terres dans le cadre de quelque accord final ». « Plutôt que d’apprendre à la pro­chaine géné­ration de Pales­ti­niens à vivre en paix avec Israël, cette éducation de haine les monte contre Israël et constitue le terreau d’une vio­lence per­ma­nente, de la terreur et du conflit », a-​​t-​​il ajouté dans sa lettre.


En signe de bonne volonté dans le cadre des négo­cia­tions de paix, le gou­ver­nement israélien devait approuver tard hier la libé­ration d’un premier groupe de 26 pri­son­niers palestiniens.

L’Orient le Jour avec agences, lundi 12 août 2013

 

http://www.france-palestine.org/Les-insenses-appels-d-offres-d

Publié dans Palestine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article