Manifs pro-Gaza en France: les erreurs des médias (Express)

Publié le par revolution arabe

algerie-affiche-epoque-coloniale-tais-toi.jpg

*

Les manifestations pro-palestiniennes n'ont pas seulement donné lieu à des affrontements et débordements: elles ont aussi fait tourner la tête à certains médias. Faux incendie de synagogue, photo d'Iran présentée comme prise en France... La presse a fait des erreurs dans sa couverture des débordements liés aux manifestations pro-pales-tiniennes à Sarcelles et Paris ce week-end.

 

Des approximations et même de fausses informations. Des médias français ont commis plusieurs erreurs en suivant les manifestations pro-palestiniennes interdites en France, qui ont notamment donné lieu à des heurts à Paris et Sarcelles ces derniers jours. Le point sur les fausses informations qui ont circulé. 

Le Figaro écrit qu'une synagogue a brûlé puis rectifie

"INFO LE FIGARO - Une synagogue en partie incendiée dans le Val d'Oise, un commissariat attaqué". Voilà l'alerte info envoyée par site du quotidien dimanche à 18h12. La première version de l'article évoque un bâtiment "vraisembla- blement à Sarcelles", qui aurait été "en partie incendié", comme le note un journaliste du Monde sur Twitter.  Problème: la synagogue, bien que prise pour cible par des engins incendiaires, n'a pas brûlé. Le journal a reconnu son erreur en envoyant une deuxième alerte rectificative à 18h53 et en mettant à jour son article. 

Frédéric Haziza voit Sarcelles en Iran

Le journaliste de LCP et Radio J est allé un peu vite en besogne dimanche. Il a raillé, sur Twitter, l'attitude d'un supposé manifestant pro-palestinien face à un policier. Sauf qu'il s'agissait d'une image prise en Iran, comme l'ont noté de nombreux observateurs. Une fois averti de son erreur, l'intéressé a supprimé le tweet incriminé et s'est excusé. Sur sa page Facebook, le journaliste a reconnu avoir fait une erreur, mais estime qu'il n'y a pas eu de désinformation, car "il y a bien eu des heurts entre forces de l'ordre et manifestants à Sarcelles et que la synagogue a bien été visée".  

Europe 1 accusée d'avoir sous-estimé le nombre de manifestants

Autre critique, venue notamment de Henri Maler, d'Action-Critique-Medias: un titre du site d'Europe 1 qui évoque une "centaine de participants" seulement à la manifestation pro-palestinienne à Paris. Un chiffre loin de la fourchette donnée par la police, écrit-il. 


Un petit rappel chronologique relativise cependant cette "bourde": à 15h, samedi, aucun chiffre officiel ne circule et les premières informations rapportées notamment par l'AFP évoquent "des dizaines de militants" qui commencent à affluer.  Puis, à 15h41, une nouvelle dépêche de l'AFP fait état de "plusieurs centaines".  


L'estimation de 1500 à 2000 participants à Barbès citée par Henri Maler émane du Monde, qui a contacté la préfecture de police dans l'après-midi samedi. Cette estimation a donc pu échapper à Europe 1 qui a, cependant, été un peu vite en écrivant "une centaine de participants". Le site a corrigé l'information le soir même. Difficile, donc, de l'accuser de mauvaise foi volontaire. 


Par , publié le 21/07/2014 à 09:59, mis à jour à 13:05
*

Publié dans Solidarité

Commenter cet article