Meurtre de Chokri Belaïd : le président tunisien entendu comme témoin (Libération)

Publié le par revolution arabe

moncef marzouki7

28 février 2013 à 12:07

Les proches de l'opposant assassiné assurent que Moncef Marzouki était conscient des menaces qui pesaient contre la victime.

Le président tunisien, Moncef Marzouki, a été entendu jeudi matin comme témoin par le juge d’instruction enquêtant sur le meurtre de l’opposant Chokri Belaïd dont les proches affirment que le chef de l’Etat le savait menacé. «Le président de la République, Moncef Marzouki, a reçu ce matin [jeudi] le juge d’instruction du tribunal de première instance de Tunis qui l’a entendu en tant que témoin dans l’affaire de l’assassinat de Chokri Belaïd», a indiqué la présidence. Ce court communiqué ne donne aucune précision supplémentaire.


La famille de Chokri Belaïd a assuré que Moncef Marzouki était informé des menaces pesant contre l’opposant de gauche assassiné le 6 février, ce que le porte-parole de la présidence, Adnène Mancer, a démenti courant février.


«Mon frère m’a dit texto : "La présidence m’a contactée pour me dire que je suis menacé de mort. Et le Président m’a proposé une protection mais j’ai refusé parce que cela équivaudrait à [...] contrôler"» mes activités, a indiqué à l’AFP Abdelmajid Belaïd, le frère du défunt. «Pour moi, le président connaît les commanditaires, ceux qui ont décidé de tuer Chokri», a-t-il ajouté.


Une partie de la famille de l’opposant a indiqué cette semaine ne pas croire à la thèse officielle selon laquelle la mouvance salafiste a tué l’opposant, accusant le parti islamiste au pouvoir, Ennahda, d'être derrière cet assassinat.

Ce crime a plongé la Tunisie dans une crise politique sans précédent, poussant le Premier ministre, Hamadi Jebali, à démissionner la semaine dernière. Le pays est toujours dans l’attente d’un nouveau gouvernement.

*

http://www.liberation.fr/monde/2013/02/28/meurtre-de-chokri-belaid-le-president-tunisien-entendu-comme-temoin_885286

Publié dans Tunisie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article