Où est Amina, militante Femen tunisienne menacée de mort ? (Nl Obs)

Publié le par revolution arabe

Amina11

*

Créé le 22-03-2013 à 10h37 - Mis à jour à 10h56

La jeune femme avait posé seins nus sur la Toile pour protester contre la situation des femmes en Tunisie, ce qui avait déclenché la colère des islamistes.

Qu'est-il arrivé à Amina ? Cette jeune Tunisienne de 19 ans qui a diffusé des photos d'elle seins nus pour lancer les Femen en Tunisie est injoignable depuis quelques jours, indique le mouvement sur sa page Facebook. "Nous craignons pour sa vie", s'inquiète l'organisation. Jeudi, la page des Femen en Tunisie sur laquelle les photos d’Amina ont été publiées avait été piratée

.

Le 1er mars, la jeune femme avait créé sa propre page de soutien au mouvement ukrainien, "Femen Tunisian fanpage", déclenchant la colère de nombreux islamistes radicaux qui n’ont pas hésité à lui répondre par des menaces de mort. "Elle souhaitait lancer les Femen en Tunisie", explique la fondatrice du mouvement Inna Shevchenko dans "Libération". Mais en utilisant Internet, Amina s’est exposée à toutes les critiques. "Rhabille-toi, tu es moche", "pour nous tu n’es qu’une racaille, au diable la liberté de la femme", pouvait-on notamment lire sur la page Tunisialeaks.

"Amina doit être flagellée"

Quelques jours avant de disparaître, Amina était passée sur un plateau de télévision pour expliquer son geste : "On n’enlève pas nos hauts pour des raisons sexuelles, nous les Femen, nous avons le courage de crier fort nos revendications pour libérer la femme", avait-elle déclaré. Aujourd’hui c’est l’appel à la peine de mort lancé par un Adel Almi, président de "l’Association Centriste de Sensibilisation et de Réforme" qui est relayé dans les médias, faisant craindre pour l’avenir de la jeune femme. "Amina doit être flagellée une centaine de fois sachant que, vu l’ampleur de son péché, la jeune fille mérite la lapidation à mort", a-t-il lancé.


Sans nouvelles de la Tunisienne, dont les comptes Facebook et Skype sont inactifs depuis trois jours, les Femen appellent leurs militantes à manifester leur soutien sur Twitter. 

La présence des Femen en Tunisie est très controversée, notamment par la ministre de la Femme Sihem Badi qui a promis de lutter contre l'arrivée de ces "pratiques étrangères aux traditions tunisiennes".


R.M.

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20130322.OBS2701/ou-est-amina-militante-femen-tunisienne-menacee-de-mort.html

Publié dans Féminisme

Commenter cet article