Palestine. Les cueilleurs mesurent la pression (Le Tél)

Publié le par revolution arabe

*

11 décembre 2012 

*

Cueillette d'olives et contacts avec des Palestiniens. Des Cornouaillais rentrent d'une mission, d'autres d'un périple dans les territoires palestiniens. Ils rapportent une pression obsédante sur les populations.

*

Les Quimpéroises Marie, Dominique et Annick rentrent d'une mission civile, pilotée par l'association France Palestine Solidarité, en Cisjordanie. Elles ont participé à la cueillette des olives, autour de Deir Istiya et dans la vallée de Wadi Qana. «C'est la 3e région de production d'huile d'olive en Cisjordanie. Les olives représentent 50% des ressources agricoles en Palestine», décrit Marie, qui a accompli, en octobre, sa 8e mission civile.

 

Quinze jours de récolte en soutien de six familles de producteurs palestiniens.

 

«C'est Israël, qui fixe les dates de récolte. Cette année, c'était un peu tôt, les olives n'étaient pas forcément à maturité, il va en rester dans les oliveraies mais les producteurs n'ont pas eu le choix», complète la militante de l'AFPS. «Dans la vallée aux agrumes de Wadi Qana, la ressource en eau diminue sans cesse pour les agriculteurs palestiniens», a constaté Annick, dont ce fut la 4e mission. «L'eau y est de plus en plus confisquée par les Israéliens, dont les colonies sont passées de cinq à huit entre2011 et 2012 dans le secteur», relate-t-elle.

«De plus en plus forte»

«La pression exercée sur les Palestiniens est de plus en plus forte. Leur territoire se rétrécit toujours plus. Ils se retrouvent coincés entre les nouvelles colonies, les camps militaires et le mur», s'indigne Dominique, sept missions civiles au compteur. Elle évoque leur participation à la manifestation hebdomadaire contre le mur et la colonisation, organisée par les habitants du village d'Al Masara, près de Bethléem.

 

Une vingtaine de villages la pratique. «La présence des internationaux les protège aussi contre la violence des colons, les arrestations par l'armée et les rétentions administratives», assure-t-elle. «Des pratiques arbitraires mais terriblement stressantes pour les Palestiniens, qu'ils soient grands ou petits, car des enfants en sont victimes», décrit Yves. Le Douarneniste vient d'effectuer un périple d'une dizaine de jours en Palestine «à la rencontre des populations et réalités locales».

Coopérative de raisin

Hélène, d'Esquibien, était aussi dans le groupe de l'AFPS lorsque des soldats israéliens ont mené une opération nocturne à Beit Ummar, «le siège d'un centre de résistance populaire très actif». Ils ont relevé les mêmes signes d'une «pression obsédante, de zones de non-droit» dans plusieurs autres lieux. Comme à Hébron, «où 500 colons extrémistes, pour 50.000 habitants, commettent régulièrement des exactions où 4.300 militaires imposent une forme de ségrégation dans les déplacements», rapportent-ils, photos à l'appui.

 

Petite lueur d'espoir toutefois, la coopérative de production de raisins d'Halhul, soutenu par le groupe cornouaillais de l'AFPS, continue de pousser. «L'extension est en cours, il y a beaucoup de raisin dans les vignes cette année, les nouveaux locaux devraient être opérationnels à l'été 2013», annoncent-ils. La fabrique de jus de raisin fait vivre 1.500 personnes de 300 familles et une centaine de coopérateurs.

*

  • Bruno Salaün

*

http://quimper.letelegramme.com/local/finistere-sud/quimper/ville/palestine-les-cueilleurs-mesurent-la-pression-11-12-2012-1938542.php

 

Publié dans Palestine

Commenter cet article