Pour le Hezbollah, la Syrie est le seul allié des Palestiniens. Vraiment ? (Rue 89)

Publié le par revolution arabe

Daily-cartoon-20120720.jpg

Marie Kostrz | Journaliste Rue89


En Syrie, le régime de Bachar el-Assad chancelle ;

 

au Liban, Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah, lui renouvelle un soutien sans borne. Pour se justifier, il répète que la Syrie est pour lui le principal soutien des Palestiniens contre Israël.

C’est à l’occasion du sixième anniversaire de la « divine victoire » du Hezbollah, survenue en 2006 au terme de la guerre de juillet qui l’opposait à Israël, que le leader du Parti de Dieu, ancienne milice et aujourd’hui parti politique libanais, s’est exprimé.


Il en a profité pour présenter ses condoléances à la « vraie Syrie, celle de Bachar el-Assad et des martyrs Assef Chawkat, Daoud Rajha et Hassan Turkmani ».

Hassan Nasrallah a surtout avancé « deux preuves du rôle de résistance jouée par la Syrie » dans la lutte contre Israël. Selon lui, la plupart des roquettes qui ont visé Haïfa et le centre de l’Etat hébreu sont « fabriquées par l’armée syrienne » puis acheminées au Liban pour y être délivrées au Parti de Dieu.

La Syrie a « risqué son existence » pour la Palestine

Ces armes auraient servi pendant la guerre des 33 jours « non seulement au Liban mais aussi dans la bande de Gaza ». Voilà qui fait pour lui de la Syrie le seul allié arabe des Palestiniens au Proche-Orient :

« Le leadership syrien a risqué ses intérêts et son existence pour que la résistance au Liban et et Palestine soit forte. Montrez-moi un seul régime arabe qui a fait de même. »

La répression du régime syrien n’a pourtant pas épargné les Palestiniens réfugiés en Syrie depuis plusieurs décennies. Le 13 juillet, quatre personnes ont été tuées au camp de Yarmouk, dans la banlieue de Damas, alors qu’ils manifestaient pour protester contre la mort de seize Palestiniens tués trois jours plus tôt.

Les troupes syriennes du Golan déplacées à Damas

Face aux combats avec l’Armée syrienne libre qui s’intensifient à Damas, le régime syrien semble également faire de la protection de ses frontières communes avec Israël un préoccupation secondaire.

Mardi, l’armée israélienne a annoncé que les troupes syriennes postées dans le Golan, plateau syrien annexé par Israël à l’issu de la guerre des six jours en 1967, ont été déplacées vers Damas

Le régime syrien a pourtant toujours érigé le Golan comme symbole de sa lutte contre Israël. Jusqu’à aujourd’hui, le plateau occupé est placé sur les cartes syriennes comme faisant partie de la Syrie.

Les réfugiés palestiniens instrumentalisés ?

Le comportement du régime syrien vis-à-vis de la population palestinienne avait été déjà très critiqué il y a un an. En juin 2011, une manifestation avait opposé des réfugiés du camp de Yarmouk à Damas.

Certains reprochaient au Front populaire pour la libération de la Palestine-Commandement général (FPLP-CG) d’avoir exhorté les jeunes à partir manifester dans le Golan, à la frontière israélienne, pour célébrer la défaite de la guerre des six jours. Huit Palestiniens avaient alors été tués par l’armée israélienne.

Connue pour être pro-régime, cette organisation palestinienne dirigée par Ahmad Djibrill avait été accusée d’encourager la manifestation dans le Golan dans le but de détourner l’attention de la communauté internationale et de la population syrienne, focalisée sur la révolution, vers Israël.

En Syrie, « le sort des Palestiniens est incertain »

Ali Abunimah, auteur et militant palestinien, fait part sur Twitter de son inquiétude :

« Je pense que les Palestiniens en Syrie sont vulnérables et je n’aime pas la façon dont “les deux côtés” essaient de les utiliser et de les recruter. »

Les dissensions existent au sein de la communauté palestinienne de Syrie et, selon Global Voices Online, « la révolution syrienne a ramené ces divisions à la surface ».

En parallèle, la sécurité de la communauté dans le pays est de plus en plus menacée. Anaheed al-Hardan, d’Electronic Intifada (un site d’info indépendant sur la Palestine) réalise un rapport sur les Palestiniens en Syrie, et leur rapport à la révolution. Elle conclut qu’ils sont particulièrement vulnérables :

« Alors que la situation sur le terrain continue à évoluer, le sort des Palestiniens dans le pays, comme celui des Syriens et du pays dans son ensemble, reste incertain. Cependant, à la différence de leurs homologues syriens, les Palestiniens sont des réfugiés qui n’ont nulle part où aller en cas d’aggravation encore de la tourmente en Syrie. »

 

http://www.rue89.com/2012/07/19/pour-le-hezbollah-la-syrie-est-le-seul-allie-des-palestiniens-vraiment-233966

 

Commentaire: En 1976, Tall el Zatar, c'était l'armée syrienne qui a vaincu les palestino-progressistes pour aider Israêl et les Phalanges chrétiennes!

Publié dans Liban

Commenter cet article