Soudan, les protestations reprennent (JC)

Publié le par revolution arabe

Permalien<br /> de l'image intégrée

*

Protestations qui ont repris ce lundi matin 30/09 au marché principal Atbara city, avenue Gamaa, à Medani city devant le tribunal pour protester contre le jugement des manifestants arrêtés et à l’université  féminine Al Ahfad où les étudiantes manifestent et où la police est en train de balancer des gaz lacrymo, ainsi encore  à l’université de médecine de Khartoum et apparemment dans différentes villes. Le pouvoir a fermé les écoles jusqu’au 20 octobre. Il y aurait eu de très nombreuses arrestations et on compterait 210 morts en une semaine suivant les médecins soudanais. (Jacques Castaing)

*

A suivre sur #SudanRevolts

*

Extrait de « Soulèvement contre la dictature au Soudan » de Gérard Prunier, paru sur le site Orient XXI 

Il existait au Soudan ce vestige du « socialisme arabe » des années 1960 qui avait créé un relatif État-providence offrant de nombreux bénéfices à la population la moins aisée.

 

Cet État-providence a peu à peu été démantelé par un mouvement « islamiste » dont les vues économiques étaient proches du libéralisme de Margaret Thatcher et Ronald Reagan.

*

Dans les années 1990, l’éducation est devenue un système à deux vitesses: il fallait payer pour avoir accès à un bon ensei-gnement. Puis la santé a suivi le même chemin dans les années 2000. Toutefois, les subventions alimentaires qui permettaient de fournir les denrées de base à des prix raisonnables avaient été maintenues. C’est précisément leur abolition le 23 septembre 2013 qui a tout fait explo- ser.

 

Pourquoi ? Parce que cette mesure intervient alors que le pays connait un taux de chômage de 20 %, que l’inflation tourne autour de 40-45 % depuis dix-huit mois et que d’après la chambre de la Zakat (charité islamique liée au gouvernement), le pays compte quator- ze millions de pauvres (sur trente millions d’habitants). Le régime se justifie en avançant que leur financement coûte 3,5 milliards de dollars par an alors qu’il faut « réformer l’économie ». Mais ce qu’il omet de dire, c’est qu’au même moment, les dépenses militaires se chiffrent à 70 % du budget — dont 20 millions de dollars par jour pour la guerre.

*

Les choix du pouvoir sont clairs : les Soudanais doivent se résoudre à ne plus manger à leur faim (y compris les personnes ayant un emploi régulier) pour que le gouvernement puisse poursuivre une politique de militarisation à outrance et de lutte désespérée contre la majorité de la population.

*

http://orientxxi.info/magazine/soulevement-contre-la-dictature-au,0371I

Publié dans Soudan

Commenter cet article