Syrie : la rébellion anti-Assad grignote du terrain (OF)

Publié le par revolution arabe

L'Armée libre syrienne a fait tomber une série de positions clés depuis dix jours. Mais elle reste très exposée, le régime gardant la maîtrise absolue du ciel.


Les rebelles prennent-ils l'avantage en Syrie ? Difficile de l'affirmer, alors que le soulèvement contre Bachar el-Assad aurait fauché 40 000 vies en vingt mois. Mais, pendant que la joute entre Israël et le Hamas monopolisait les attentions, l'Armée libre syrienne et ses alliés - et rivaux - islamistes n'ont cessé de progresser, dans le nord et l'est, mais aussi autour de Damas.

Dimanche, des combattants de l'ALS ont fait irruption dans la base militaire de Marj al-Sultan, à 15 km de Damas. Ils ont détruit deux appareils et pris un blindé avant de se retirer.

 

« Un coup porté au moral du régime, parce que l'on est tout près du coeur de la capitale », affirme Rami Abdel Rahman, directeur de l'Observatoire syrien pour les droits de l'homme (opposition), basé à Londres.

Quelques jours plus tôt, les rebelles avaient attaqué un centre de l'armée de l'Air à Hajar al-Aswad, au sud de Damas. Abou Moussab, un combattant du secteur, explique avoir cessé d'espérer que l'Onu impose une zone d'interdiction aérienne : « Nous misons sur une meilleure organisation et de meilleures tactiques. »


Assad garde les airs


Les combattants anti-Assad se sont, à plusieurs reprises depuis le printemps, infiltrés dans les faubourgs de Damas, avant de se replier face aux chars. Désormais, le régime recourt systématiquement aux raids d'aviation contre ceux qu'il qualifie de « terroristes d'Al-Qaida ». Comme si, après des milliers de désertions, il n'avait qu'une confiance limitée dans les quelque 200 000 hommes à sa disposition.


La semaine dernière, l'ALS avait remporté l'une de ses victoires les plus significatives en prenant, après deux mois de siège, la base du 46e régiment, unité d'élite qui défend Alep, la « capitale » du nord. Les rebelles y ont saisi une dizaine de chars, des stocks de roquettes, ainsi que de redoutables missiles portables antiaériens. De quoi remettre en cause la suprématie du régime dans le ciel ? Pas à ce stade. Hier, l'aviation a bombardé le village d'Atmé, QG de l'ALS niché contre la frontière turque. Les rebelles affirment qu'elle a raté sa cible.


Lundi, la rébellion s'est aussi emparée du barrage de Techrine, sur l'Euphrate, qui alimente Alep en électricité. En fin de semaine, elle avait conquis la base militaire de Mayadine (sud-est), qui commande la vallée de l'Euphrate au sud de Deir es Zor, les puits de pétrole de la région, et la frontière avec l'Irak, lieu de nombreux trafics.

 

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Syrie-la-rebellion-anti-Assad-grignote-du-terrain-_3637-2137553_actu.Htm

Publié dans Syrie

Commenter cet article