Un Egyptien de 12 ans explique (brillamment) son opposition au président Morsi (Le Monde)

Publié le par revolution arabe

L'interview a été réalisée en octobre, la vidéo mise en ligne en mars, mais ce n'est qu'après la chute du président égyptien Mohamed Morsi, le 3 juillet, qu'elle a circulé à grande vitesse sur Internet. On y voit un garçon de 12 ans, Ali Ahmed, interrogé par une journaliste lors d'une manifestation contre le projet de nouvelle Constitution prôné par les Frères musulmans alors au pouvoir.


Le jeune Egyptien tient alors un discours très argumenté, digne des leaders de la contestation. "Si je suis ici aujourd'hui, c'est pour faire en sorte que l'Egypte ne soit pas qu'une simple marchandise entre les mains d'une seule personne, affirme-t-il. Je proteste aussi contre la confiscation de la Constitution par un seul parti. Nous ne nous sommes pas débarrassés d'un régime militaire pour le remplacer par une théocratie fasciste."
"Théocratie fasciste ? Je ne sais même pas ce que cela signifie...", lui répond la journaliste.
– "Une théocratie fasciste, c'est quand vous manipulez la religion et mettez en place des lois radicales au nom de la religion, même si la religion ne les demande pas", répond sereinement Ali Ahmed.


"JE NE PEUX PAS BATTRE MA FEMME ET APPELER ÇA ENSUITE DE LA 'DISCIPLINE'"


Ali Ahmed, 12 ans, lors d'une manifestation contre le projet de nouvelle Constitution en Egypte, le 19 octobre 2012.

Le jeune garçon explique également que "les objectifs sociaux de la révolution ne sont pas encore atteints", citant "l'autonomie économique, la liberté, la justice sociale..." avant de s'interroger : "Comment un présentateur de télévision peut-il percevoir 30 millions de livres [égyptiennes, soit 3,3 millions d'euros] alors que des gens ramassent encore de la nourriture dans les poubelles ?"


Le jeune garçon ne fait-il que répéter un discours appris par cœur ? "J'écoute beaucoup les gens et j'utilise mon cerveau. Je lis aussi les journaux, je regarde la télévision et je fais des recherches sur Internet", assure-t-il. Il affirme également avoir lu le projet de Constitution et dénonce son contenu. "Même si la Constitution est bonne, si l'Assemblée qui l'a écrite est mauvaise, ça aboutira à quelque chose de mauvais. Ne m'apportez pas 80 bons articles et 20 mauvais qui ruineront le pays en me disant que c'est une Constitution !"


L'interview se termine sur l'épineuse question de l'égalité des sexes en Egypte. Après avoir dénoncé le fait que l'Assemblée constituante ne compte "que sept femmes, dont six islamistes", il critique la vision particulière de la parité dans le projet de Constitution. "Ils disent que les hommes et les femmes sont égaux dans tous les domaines, 'excepté dans ceux qui sont contraires à la loi islamique'. Mais la loi islamique autorise les hommes à 'discipliner' leurs femmes. Cela ne peut pas marcher dans la société ! s'exclame-t-il. C'est scandaleux. Je ne peux pas battre ma femme, presque la tuer, et appeler ça ensuite de la 'discipline' ! Ce n'est pas de la discipline, c'est de la maltraitance et de la folie."

Mardi 16 juillet,  la vidéo originelle d'Ali Ahmed, titrée "Le prochain président d'Egypte", avait été vue plus de 2,2 millions de fois. Le quotidien américain Wall Street Journal lui a même consacré un article, notant que le pouvoir chinois cherchait à censurer à tout prix la vidéo sur les réseaux sociaux sinophones.

 

 

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2013/07/16/eclaire-un-egyptien-de-12-ans-explique-brillamment-son-opposition-au-president-morsi/


Publié dans Egypte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article