Une aide publique pour vingt colonies israéliennes supplémentaires (Afps)

Publié le par revolution arabe

palstine


Le gou­ver­nement de Ben­jamin Neta­nyahou a adopté dimanche un plan d’aide publique destiné à une liste de loca­lités israé­liennes classées "priorité nationale", com­prenant 20 colonies sup­plé­men­taires dans le ter­ri­toire pales­tinien de Cisjordanie.


Le gou­ver­nement israélien a adopté, dimanche 4 août, un plan d’aide publique destiné aux loca­lités jugées prio­ri­taires com­prenant 20 colonies sup­plé­men­taires dans le ter­ri­toire pales­tinien de Cis­jor­danie, par rapport à une liste pré­cé­dente établie en 2009. Parmi les nou­velles colonies men­tionnées dans cette liste figurent des implan­ta­tions situées en dehors des grands blocs de colonies dont Israël exige de garder le contrôle dans le cadre de tout accord de paix avec les Pales­ti­niens, rap­porte le quo­tidien "Haaretz".

 

En outre, trois colonies sau­vages (Rehelim, Sansana, Bruchin) - c’est-à-dire construites sans l’aval officiel des auto­rités mais qui ont été léga­lisées a pos­te­riori par le pré­cédent gou­ver­nement de Ben­jamin Neta­nyahou -, figurent aussi sur la liste.


La question des colonies juives en Cis­jor­danie, à l’existence des­quelles s’oppose la majorité de la com­mu­nauté inter­na­tionale, a lar­gement contribué à l’échec des pré­cé­dentes négo­cia­tions de paix entre Israël et les Pales­ti­niens, inter­rompues en 2010 avant une reprise le mois dernier. Les deux parties ont accepté la semaine der­nière, lors d’une réunion inau­gurale à Washington sous par­rainage amé­ricain, de chercher un accord de paix dans les neuf mois.


Des bas­tions du "Foyer juif"


Selon "Haaretz", la plupart des nou­velles colonies choisies par le gou­ver­nement sont des bas­tions du "Foyer juif", un parti natio­na­liste de la coa­lition dirigé par le ministre de l’Économie Naftali Bennett, un par­tisan de la colo­ni­sation hostile à la création d’un État pales­tinien. Lors du vote au sein du gou­ver­nement, quatre ministres dont Tzipi Livni, la ministre de la Justice également chargée de mener les négo­cia­tions avec les Pales­ti­niens, se sont abs­tenus.


Nabil Abou Rou­deina, porte-​​parole du pré­sident de l’Autorité pales­ti­nienne Mahmoud Abbas, a condamné dans un com­mu­niqué la décision du gou­ver­nement israélien, accusé de chercher à miner les pour­parlers de paix réen­gagés fin juin. "Cette poli­tique érige des obs­tacles face aux efforts en faveur de la paix déployés par l’administration amé­ri­caine", a affirmé le porte-​​parole. "Toutes les acti­vités de colo­ni­sa­tions sont illé­gales", a-​​t-​​il martelé.  France24, lundi 5 août 2013

 

http://www.france-palestine.org/Une-aide-publique-pour-vingt

Publié dans Israël

Commenter cet article