La lutte contre la dictature de la dette se poursuit en Tunisie

Publié le par revolution arabe

1c69aa25

1er septembre par CADTM international

 

Raid-ATTAC-CADTM organise une formation intensive suivie d’une 
manifestation pour son abolition.

Grâce à sa révolution, le peuple tunisien s’offre une opportunité 
historique pour être l’acteur direct d’une nouvelle Tunisie : souveraine, 
démocratique, sociale et respectueuse de la nature. Mais, le chemin qui y 
mène est semé d’embûches. La dette représente l’un des handicaps majeurs 
que la révolution en cours devra surmonter.

C’est pourquoi l’association RAID, membre des réseaux internationaux CADTM 
et ATTAC, mène une campagne nationale et internationale pour l’abolition 
de la dette illégitime de la Tunisie. Sur le plan local, plusieurs actions 
ont été menées ; ce qui a permis la sensibilisation d’un public assez 
large, l’extension de la mobilisation et l’adoption des mots d’ordres de 
suspension du paiement et audit de la dette par plusieurs syndicats, 
associations et partis politiques.

Cette campagne a également eu des répercussions au niveau international : 
un collectif citoyen français sur la dette tunisienne s’est formé en 
France et 96 parlementaires européens ont à ce jour signé l’appel exigeant 
la suspension immédiate du remboursement de cette dette, en attendant les 
résultats d’un audit. Cet audit de la dette devra notamment déterminer la 
part illégitime, celle qui n’a pas pas profité au peuple tunisien et qui 
doit donc être annulée sans condition.

A présent, une nouvelle étape est sur le point d’être franchie avec 
l’ouverture demain à Tunis (El Taller, 32 av. D’Afrique, Menzah 5) d’un 
stage de formation intensive de deux jours (2-3 septembre) sur la dette 
et la mondialisation capitaliste
. Cette formation, qui est prévue pour une 
cinquantaine de jeunes militant-e-s, sera assurée par des militant-e-s de 
RAID, d’ATTAC-CADTM Maroc, du CADTM Belgique et par Aurélie Trouvé, co- 
présidente d’ATTAC France. Ce stage sera l’occasion de souligner la 
solidarité entre les peuples du Sud et du Nord, victimes des mêmes 
politiques néo-libérales.

Vu l’importance de l’éducation citoyenne comme vecteur du changement 
politique radical, ce stage baptisé "Thomas Sankara 1", en hommage au 
président burkinabé qui avait appelé au non-remboursement de la dette 
avant d’être assassiné en 1987, se veut le premier d’une longue série.

RAID, qui est une association d’éducation populaire tournée vers l’action, 
organisera aussi à Tunis, le dimanche 4 septembre, une manifestation qui 
devra se diriger vers la Banque centrale de Tunisie pour exiger le non 
remboursement de la deuxième tranche du service de la dette de 2011.

Le gouvernement actuel n’a aucune légitimité pour décider la poursuite du 
paiement du service de la dette. Les classes populaires ont déjà exprimé 
directement, à travers la révolution, leur refus du système de la dette et 
des calamités sociales qu’il engendre. La révolution exige l’abolition de 
la dette.

Contacts :

Fathi Chamkhi : 
0021 655 522 378 
Fathi CHAMKHI

Publié dans Tunisie

Commenter cet article